LOGOCOULAN

Sébastien Cazenove

Député des Pyrénées Orientales

Logo LaREM RVB

Rubrique : maladies Titre : Les moyens alloués à l'oncologie pédiatrique Date : 16 octobre 2018

M. Sébastien Cazenove appelle l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le financement de la recherche des traitements des cancers pédiatriques et l'accompagnement des parents d'un enfant touché par la maladie. En France, chaque année, environ 2 550 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués chez les enfants et adolescents, première cause de mortalité des enfants par maladie. Pour lutter contre cette maladie, l'actuel Plan Cancer, arrivant à terme en 2019, prévoit d'identifier de nouvelles pistes de traitement et de faciliter l'accès des enfants aux médicaments en développement pour réduire les effets indésirables et les séquelles à long terme des traitements. Cependant, les spécificités des cancers des enfants et des adolescents revêtant différentes formes et pathologies nécessitent des traitements spécifiques et une recherche constante pour laquelle moins de 3 % des financements publics sont consacrés. Il convient, par ailleurs, également d'accompagner socialement les parents ayant à charge un enfant gravement malade. L'article L. 544-3 du code de sécurité sociale fixe le nombre maximum d'allocations journalières versées à trois cent dix jours par an, y compris lorsque la maladie dure plus longtemps et que le parent, parfois seul, doit obligatoirement accompagner l'enfant. Aussi, il lui demande si le Gouvernement envisage une évolution du financement alloué à l'oncologie pédiatrique ainsi que des mesures sur la présence parentale.

CAE181010 M DOROSZCZUKMercredi 10 octobre 2018, en vertu de l’article 13 de la Constitution, la Commission Affaires Économiques a auditionné M. Bernard DOROSZCZUK, proposé à la fonction de président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), le gendarme du nucléaire.

J'ai interrogé l’actuel directeur du Comité Français d’Accréditation (COFRAC) sur la sécurité des personnels et patients face à l’exposition aux rayons lors d’examens médicaux.

Salaries Air Mer SoleilJeudi 20 septembre 2018,

J'ai reçu une délégation de salariés du centre de rééducation de Collioure « Air Mer Soleil », accompagnés de Pascal MATHIEU délégué CGT Santé du département.

Cet établissement qui compte 150 salariés pour un nombre équivalent de patients est gérée par le groupe ORPEA.

Le mouvement de grève qui dure depuis 8 jours est dû à un refus de dialogue social de la direction concernant la dégradation des conditions de travail du personnel et donc de la qualité des soins prodigués.

Hakaroa ValleeDimanche 12 août 2018,

Je me suis rendu à Collioure en présence du maire Jacques MANYA, auprès de Hakaroa VALLEE, adolescent de 13 ans, pour le départ de sa dernière étape d’un parcours de 2 000 km, réalisé en 42 étapes en course à pied et en vélo.

Défi énorme de traverser la France du Nord au Sud que ce jeune diabétique de type 1 s’est lancé pour faire connaître sa maladie et récolter des fonds pour aider la recherche.

Lors de cette rencontre, j'ai offert à Hakaroa la montre de l’Assemblée Nationale et le ballon de l’USAP.

Pour en savoir plus sur son action, vous pouvez consulter son compte twitter @HAKAJUSTDIDIT

Rubrique : professions de santé  Titre : Pratique de l'ostéopathie en France  Date : 31 juillet 2018

M. Sébastien Cazenove attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la pratique de l'ostéopathie en France. L'article 75 de la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé a posé les fondements de la distinction des trois types d'ostéopathes en France : les docteurs en médecine et bénéficiant d'un diplôme d'État, les ostéopathes paramédicaux et les ostéopathes non professionnels de santé. Toutefois, la distinction peut dans la pratique être confuse pour les patients et parfois induite par l'appellation « DO » pour « diplômé en ostéopathie » avec la possibilité d'amalgame avec « docteur en ostéopathie » alors que les formations et durées des cursus sont différentes selon le type d'ostéopathes, leur conférant des manipulations réservées pour certaines pratiques. Aussi, il souhaiterait savoir quelles mesures pourraient être envisagées par le Gouvernement pour clarifier cette situation.

Réponse publiée le 27 novembre 2018

Marche maladie de CharcotSamedi 7 juillet 2018,

Je suis allé soutenir à Elne, aux côtés du Maire, Yves Barniol, Amandine Aineto qui a pris le départ d’une grande marche pour sensibiliser à la maladie de Charcot.

Amandine va parcourir 400 km à travers le département pendant tout le mois de juillet elle sera de retour à Elne le 3 août. Vous pouvez la retrouver le long de son périple et l'accompagner sur une partie de sa marche, tous les renseignements sur sa page facebook et en cliquant ICI.

A3Sauvlife5Mercredi 4 juillet 2018,

J'ai participé au lancement par le SAMU66 et l’Association 3A de l’expérimentation nationale relative à l’opération « Citoyen secours ».

L’association SauvLife a créé en 2018 une application que chacun peut télécharger sur son téléphone et qui est directement reliée avec le service du SAMU.

Ainsi lors d’un appel d’urgence, le service peut géolocaliser des « Citoyens secours » et leur demander de se rendre très rapidement au chevet de la victime et éventuellement d’effectuer les premiers gestes en attendant que les secours professionnels arrivent. Dans cette chaine de l’urgence et du soin, les citoyens ont toute leur place et l’association 3A en a déjà formé une centaine dans les Albères.

Rubrique : personnes handicapées Titre : La situation des aidants aux polyhandicapés Date : 26 juin 2018

M. Sébastien Cazenove attire l'attention de Mme la secrétaire d'État, auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, sur la situation des aidants aux personnes polyhandicapées. Le polyhandicap, touchant 45 000 à 60 000 personnes en France, est un handicap très important nécessitant un accompagnement permanent qualifié. Depuis 2005, ce handicap est reconnu dans la loi « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », mais il n'existe pas de statut qui prenne en compte le caractère exceptionnel des polyhandicapés. Une ambition importante pour faire évoluer l'accompagnement des personnes handicapées et notamment le déploiement d'une stratégie quinquennale d'évolution de l'offre médico-sociale dévoilait un volet spécifiquement dédié au polyhandicap lors de la conférence nationale du handicap du 3 mai 2016. Toutefois, le manque de solutions d'accompagnement est largement pointé par l'ensemble des professionnels prenant en charge des polyhandicapés que ce soit en matière d'accueil, de structures que sur le volet sanitaire. À cela s'ajoutent d'autres difficultés qu'il convient de prendre en compte : l'état de santé et le vieillissement des parents aidants entrant alors dans le 3ème ou 4ème âge. Le moment de préparer la vie de leur enfant après eux génère une immense détresse chez les parents aidants. Aussi, il lui demande dans quelle mesure le Gouvernement pourrait inciter les structures à proposer comme le font certaines MAS un accueil à la carte des polyhandicapés permettant de répondre au mieux à leurs besoins et plus largement comment venir en aide aux familles qui les accompagnent.

Page 1 sur 3